martes, 6 de junio de 2017

Des observateurs internationaux dénoncent les irrégularités du procès de Gdeim Izik Plus d’une douzaine d’observateurs internationaux présents lundi à la reprise à Rabat du procès des prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik ont dénoncé les nombreuses irrégularités constatées.

La présidente de l’association Sogaps Sahara, Maité Isla, présente à ce procès, a dans une déclaration collective publiée sur le site de son association, dénoncé les irrégularités dans les règles de procédures appliquées lors de ce procès qui se déroule à Rabat alors que l’incident a eu lieu à El Aaiun, ce qui pose la question de la compétence territoriale du tribunal , souligne la même source.
La déclaration de ce collectif d’observateurs internationaux indique également que la défense nommée d’office par la Cour le 16 mai dernier a entamé son travail sans avoir le moindre contact avec les accusés ni étudié leurs dossiers.
Les observateurs internationaux ont dénoncé également le retard injustifié dans ce procès qui a commencé en 2013 et qui est actuellement à sa 5eme édition après plusieurs reports avant de dénoncer par ailleurs la détention arbitraire de 6 ans et demi sur la base d’une décision annulée par la Cour de cassation ce qui représente dans ce cas, a-t-on ajouté, la violation du droit à la présomption d’innocence.
Les observateurs ont également rapporté dans leur déclaration avoir été soumis à des mesures sécuritaires exceptionnelles ou leurs documents d’identité ont été photographiés par des personnes non identifiées en dehors de la Cour en plus de l’interdiction de faire entrer à la salle d’audience tout type d’appareil électronique. Il (le collectif) ajoute que les familles des prisonniers affirment avoir subi des agressions et des blessures graves.
Le collectif d’observateurs internationaux informe, enfin, la communauté internationale de la violation systématique de la procédure régulière ainsi que des droits de l’homme et par conséquent, il demande la protection de ces prisonniers politiques sahraouis par les Nations unies et par les institutions internationales compétentes.
Les 24 prisonniers politiques sahraouis ont été arrêtés, torturés et condamnés à de lourdes peines sur la base d’aveux obtenus sous la torture en raison de leur participation au camp de protestation sahraoui de Gdeim Izik en 2010.

Le dernier procès de ces prisonniers politiques en date du 16 mai a été marqué, rappelle-t-on, par l’expulsion violente de deux avocates de la défense.

lunes, 29 de mayo de 2017

Le coup d’envoi de la première édition du festival international du film du Sahara occidental, fisahara, a été donné dans la soirée de vendredi au centre culturel Matadero de Madrid .

Le coup d’envoi de la première édition du festival international du film du Sahara occidental, fisahara, a été donné dans la soirée de vendredi au centre culturel Matadero de Madrid .
La soirée d’ouverture de cette édition spéciale du fisahara et à laquelle ont prit part bon nombre d’artistes espagnols à l’instar de Clara Lago, Dani Rovira, Inma Cuesta, Belen Cuesta, Pilar Bardem, Claudia Garvi outre une délégation du ministère sahraoui de la culture a été marquée par la projection à la cinémathèque du film Lejouad, réalisé par Gonzalo Moure et Brahim Chagaf et qui a décroché le premier prix du fisahara 2016. Traitant de la poésie, la philosophie et la sagesse sahraouie, le film a fait voyager les spectateurs au fin fond d’un désert tout en les plongeant dans une culture ancestrale et des traditions séculaires qui montrent l’authenticité de ce peuple.
La projection du film a été suivie d’un grand débat sur le cinéma sahraoui comme moyen de lutte et de résistance et également comme moyen d’expression d’une identité culturelle. Les spectateurs ont à cette occasion posé de nombreuses questions sur la situation au Sahara occidental, sur les sahraouis contraint à l’exil depuis plus de 42 ans, ainsi que sur les violations des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés.
"Les présents au débat ont par ailleurs valorisé le cinéma et son rôle dans la lutte du peuple sahraoui et notamment ce festival fisahara qui a déjà treize éditions à son actif et qui a permis de donner plus de visibilité à ce conflit pour ne pas tomber dans l’oubli et notamment en Espagne qui doit assumer sa responsabilité historique et morale vis à vis du peuple sahraoui", a indiqué Maria Carrion, directrice exécutive de ce festival .
La soirée d’ouverture de cette première édition du Fisahara Madrid, a également donné lieu à un concert musical animé par la chanteuse sahraouie Aziza Brahim qui a gratifié le public espagnol de chansons puisées du patrimoine sahraoui.

Le film "le fils des nuages", lauréat du Fishara 2012 et produit par Alvaro Logronia et Javier Bardem, sera projeté durant la seconde journée et sera suivi d’un débat dont le thème s’articulera autour du  cinéma du Sahara : la résistance politique et diplomatique. La dernière journée de ce festival de Madrid verra la projection du film le coureur de Saeed Taji Farouki qui raconte l’histoire de l’athlète sahraoui Salah Ameidan et sa contribution par le biais du sport, à donner plus de visibilité à la cause de son peuple

sábado, 20 de mayo de 2017

L’organisation de Mundubat organise des rencontres des écoles économie féministe à Vitoria, Bilbao et Amurrio

 L’organisation de Mundubat organise des rencontres des écoles économie féministe à Vitoria, Bilbao et Amurrio. Actes de la réunion III de l’écoles fréquentées par des femmes de toutes nationalités qui fréquentent les cours et l’expérience de l’autonomisation et le féminisme decolonizador par le biais de différentes activités. Cette troisième réunion a eu des invités Ana María Martínez de Honduras au nom méso-américaine en lutte pour une vie digne et l’UNMS représentée par Jadiyetu El Mohtar, responsable des relations internationales. La réunion a été marquée par des situations de discrimination par suite du patriarcat, mise en scène joue à travers les différentes réalités des femmes.




Basque, espagnol, argentin, hondurien, pakistanais et Sahraouis des femmes a été en mesure de partager les expériences et les réalités de différents points de vue dans une lutte commune pour l’égalité et l’autonomisation.
Pour les Sahraouis femmes a également été un anniversaire occasion 44 le 20 mai, le déclenchement de la lutte armée dans la lutte pour la liberté et l’indépendance.



jueves, 11 de mayo de 2017

Le statut du Sahara occidental reste celui d'"un territoire non autonome"

Bruxelles, 09 mai 2017 Le statut du Sahara occidental reste celui  d'"un territoire non autonome", a affirmé la chef de la diplomatie  européenne, Federica Mogherini, réitérant le soutien de l'Union européenne  (UE) pour les efforts du secrétaire général de l'Organisation des Nations  unies (ONU) en vue de parvenir à une solution qui permette  "l'autodétermination du peuple du Sahara occidental".
"Le Sahara occidental est inscrit sur la liste des territoires non  autonomes de l'ONU", a-t-elle écrit dans sa réponse, au nom de la  Commission européenne, aux députés européens qui l'interpellaient sur la  présence militaire marocaine au Sahara occidental.
La haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la  politique de sécurité a rappelé, à ce titre, que "le statut définitif du  Sahara occidental continue de faire l'objet d'un processus de négociation  mené sous l'égide des Nations unies".
Elle a réaffirmé le soutien de l'UE pour les efforts déployés par le  Secrétaire général des Nations unies en vue de parvenir à "une solution  politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette  l'autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre  d'arrangements conformes aux principes et aux objectifs de la charte des  Nations unies".
Mme Mogherini a exprimé, dans ce contexte, la préoccupation de l'UE par  "la longue durée de ce conflit et par ses conséquences sur la sécurité, le  respect des Droits de l'homme et l'intégration dans la région", exhortant  les deux parties à "rechercher une solution négociée au conflit".
Dans une question parlementaire adressée à la Commission européenne, de  nombreux députés européens dont Max Andersson, Jakop Dalunde, Klaus  Buchner, Joao Ferreira, Takis Hadjigeorgiou et Rina Ronja Kari ont exhorté  l'exécutif européen à préciser le statut, au regard du droit international,  de la présence militaire marocaine au Sahara occidental.
Les députés européens ont souligné dans leur question que l'UE et ses  Etats membres n'ont jamais reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara  occidental, relevant que la Cour européenne de justice (CJUE), dans son  arrêt de 21 décembre dernier, a rejeté l'argument de la Commission selon lequel le Royaume du Maroc était la puissance qui administre de facto le  Sahara occidental.

Selon ces eurodéputés, le droit relatif aux droits de l'homme et le droit  international humanitaire s'appliquent à la situation au Sahara occidental  et, partant, aux activités des organismes et acteurs marocains. Ils ont appelé, à ce propos, la Commission européenne à expliquer comment  la Commission a appliqué les lignes directrices de l'UE concernant le droit  international humanitaire à la situation au Sahara occidental. (SPS)

martes, 25 de abril de 2017

L’UNMS participe à la semaine du Sahara qui développe ces jours-ci à la Faculté des Sciences de l’information de l’Université Complutense de Madrid

L’UNMS participe à la semaine du Sahara qui développe ces jours-ci à la Faculté des Sciences de l’information de l’Université Complutense de Madrid du 24 au 28 avril, organisé par les étudiants de la faculté de Jaima¨y notre groupe Collège Cheminade.



Séances comprennent une exposition de photographies sur différents aspects de la vie du peuple sahraoui dans des camps de réfugiés et dans les territoires du Sahara occidental occupé, une série de conférences dans laquelle se tient cet après-midi sur la lutte des femmes sahraouies et leur résistance en plus de la projection de Coria et El Mar , le directeur Diana Navas et qui traite de l’organisation et la gestion des camps dont les créateurs sont des femmes sahraouies. 


sábado, 8 de abril de 2017

Une délégation du Front Polisario a participé au 39ème Congrès du Parti social-démocrate suédois

 Une délégation du Front Polisario a participé au 39ème Congrès du Parti social-démocrate suédois (SPD), qui se tient du 8 au 12 avril à Göteborg, en présence de plus de 4 000 délégués et 30 partis de différents continents.
Les travaux du Congrès se poursuivront jusqu'au mercredi auront à débattre plusieurs questions nationales et internationales, dont la santé,  les questions des femmes, de la jeunesse, des personnes handicapées et la coopération régionale et internationale.

Le Front Polisario a été représenté par une délégation composée du Ministre Délégué, chargé  de l'Europe, Mohamed Sidati, du représentant du Front Polisario en Suède, Alayin Habib Al-Kintawi, et la SG de l'Union Nationale pour les Femmes Sahraouies, Fatima Al- Mahdi. (SPS)

miércoles, 5 de abril de 2017

La déléguée du front Polisario en Espagne appelle Madrid et l’UE à se conformer à la décision de la cour de justice européenne

La déléguée du front Polisario en Espagne, Mme Khira  Bulahi, a appelé mercredi l’Union européenne (UE) et notamment l’Espagne à  se conformer à la décision de la Cour de justice de l’UE (CJUE) qui exclut  le territoire du Sahara occidental de tout accord entre les pays membres de  l’UE et le Maroc.
La déléguée sahraouie a déclaré, lors d’une conférence de presse animée au  siège de la représentation du front Polisario à Madrid que l’arrêt de la  CJUE précise que le Sahara occidental est un territoire distinct et séparé  du Maroc et que tout accord commercial entre l’UE et le Maroc doit se faire  en consultant le peuple sahraoui par le biais de son représentant unique et  légitime qu’est le front Polisario.
Khira Bulahi a, en outre, souligné que "le front Polisario est en contact  permanent avec le gouvernement espagnol et attend à une rencontre avec  l’exécutif espagnol dont la position concenrnant l’arrêt de la Cour de  justice de l’UE du 21 décembre dernier n’est pas claire jusqu'à présent." A  ce titre, a-t-elle rappelé, de nombreux parlementaires espagnols ont  demandé à leur gouvernement d’éclaircir sa position et de respecter l’arrêt  de la CJUE pour se conformer au droit européen et international.
Des  institutions parlementaires espagnoles régionales ont également demandé au  gouvernement central, dans des déclarations institutionnelles, le respect  de l’arrêt de la CJUE concernant l’accord commercial entre l’UE et le Maroc  qui ne s’applique pas au territoire sahraoui.
Abordant la question des droits de l’homme au Sahara occidental, la  représentante du front Polisario a indiqué que "les droits de l’Homme sont  bafoués au quotidien par le Maroc et l’exemple le plus frappant est celui  du procès des militants sahraouis du groupe de Gdeim Izik qui sont détenus illégalement depuis des années alors que lors des différents procès qui ont  eu lieu, aucune preuve concrète les mettant en cause n’en a été présentée,  ce qui démontre que ce procès qui a été reporté au mois de mai prochain  revêt une connotation politique."
"Les prisonniers de Gdeim Izik, tout comme les milliers de Sahraouis  vivant dans les territoires occupés, luttent pacifiquement et revendiquent  leur droit à l’autodétermination depuis plus de 40 ans ce qui est conforme  au droit international", a-t-elle expliqué.
"Le Maroc ne cesse de violer le droit international depuis des années et a  toujours tenté de manipuler l’opinion internationale", a souligné la  représentante sahraouie en Espagne. D’abord, explique-t-elle, "en arrêtant  le processus de négociation avec le front Polisario, en expulsant le personnel de la Minurso puis en s’attaquant à l’ancien secrétaire général  de l’ONU".
Khira Bulahi a, en outre, fait référence à l’embargo exercé par le Maroc  sur le territoire sahraoui occupé en interdisant l’accès à la presse et aux  observateurs internationaux. "La violation du cessez-le-feu  d’Al-Guerguerat, est l’une des derniers dépassements commis par le Maroc  d’une longue série de violations à la légalité et au droit international",  a-t-elle souligné.
Au sujet de la MINURSO, la représentante du front Polisario a indiqué  qu’il est très important que cette mission retrouve toute sa composante  devant lui permettre de reprendre ses fonctions complètes. "Le peuple  sahraoui attend beaucoup du nouveau secrétaire général de l’ONU qui connait  bien le dossier sahraoui", a-t-elle expliqué.
Khira Bulahi a indiqué enfin que le front Polisario oeuvre toujours pour la  solution pacifique à ce conflit et avec autant de détermination qu’il  revendique ses droits et notamment le droit à un référendum  d’autodétermination qui permettra au peuple sahraoui de décider librement  et démocratiquement de son avenir. (SPS)